Deux nouvelles démissions chez Google à cause du manque de diversité

Deux ingénieurs de Google ont démissionné du géant de la technologie, citant le départ à la fin de l’année dernière de l’éminente chercheuse afro-américaine en intelligence artificielle Timnit Gebru. Ces démissions sont les dernières salves d’un combat permanent entre l’entreprise et les travailleurs qui sont furieux de son manque de diversité.

Deux démissions rendues publiques sur les réseaux sociaux

Dans une lettre envoyée à LinkedIn en date du 5 janvier, David W. Baker, directeur de l’ingénierie de Google qui travaillait sur la confiance et la sécurité, a écrit qu’il quittait l’entreprise le 19 janvier après plus de 16 ans. Le départ de Mme. Gebru, a écrit Baker, « a éteint mon désir de continuer en tant que Googler ». De même, Vinesh Kannan, un ingénieur en logiciel, a posté sur Twitter mercredi qu’il avait quitté Google ce mois-ci « en raison des mauvais traitements infligés par Google » à Gebru et April Curley, une ancienne recruteuse de Google pour la diversité qui, en décembre, a tweeté qu’elle avait été licenciée après avoir subi des représailles parce qu’elle avait plaidé à plusieurs reprises pour que la société embauche des diplômés afro-américains qualifiés.

Kannan n’a pas répondu à une demande de commentaires. Dans une interview accordée à CNN Business, Baker a déclaré qu’il était arrivé à un point d’épuisement en essayant d’améliorer la culture de l’entreprise. « Quelqu’un d’aussi incroyable que Timnit devrait travailler chez Google. Il est important qu’elle soit là« , a-t-il déclaré. « Et Google n’a pas réussi à la garder, point final. »

Timnit Gebru, chercheuse reconnue et respectée

Jusqu’au début du mois de décembre, lorsqu’elle a brusquement quitté l’entreprise, Mme Gebru était la co-responsable de l’équipe d’éthique de l’information de Google. Pionnière dans la recherche sur les préjugés et les inégalités dans l’IA, elle était également l’une des rares employées noires de l’entreprise.

Gebru a d’abord tweeté qu’elle avait été « immédiatement licenciée » pour un courriel qu’elle avait récemment envoyé à la liste de diffusion interne de Google « Brain Women and Allies ». Dans ce courriel, elle exprimait son désarroi face au manque de diversité persistant au sein de l’entreprise et sa frustration face à un processus interne lié à l’examen d’un document de recherche qu’elle avait cosigné et qui n’avait pas encore été publié.

Dans des tweets ultérieurs, Gebru a précisé que personne chez Google ne lui avait dit explicitement qu’elle était licenciée. Elle a plutôt déclaré que Google ne remplirait pas un certain nombre de ses conditions de retour et a accepté sa démission immédiatement parce qu’elle estimait que son e-mail reflétait « un comportement qui n’est pas conforme aux attentes d’un responsable de Google ».

Le départ soudain de Gebru a suscité la colère de nombreux employés de Google et d’autres acteurs du secteur technologique, qui continue à mijoter des mois plus tard. Le PDG Sundar Pichai a écrit dans un mémo aux employés de Google peu après son départ que la société allait enquêter sur ce qui s’était passé.